La mise en place d’activités pédagogiques autour du média radio s’inscrit le plus souvent dans le cadre d’une pédagogie de projet de production, de création qui s’inscrit dans le temps long et qui mobilise de nombreuses compétences pour les élèves mais aussi pour les enseignants. Ces activités présentent de nombreux intérêts pédagogiques et citoyens. Ainsi, la radio permet de mettre en place des activités pédagogiques très variées, des plus simples aux plus complexes, sur une ou sur plusieurs séances.

La radio est le média le plus éphémère, que l’on écoute le plus souvent dans des conditions peu idéales à la concentration : sous la douche, dans la cuisine en déjeunant, en voiture c’est-à-dire le plus souvent en faisant autre chose. L’auditeur doit pouvoir facilement comprendre les messages diffusés, cela nécessite donc de respecter quelques règles. Par ailleurs, toute information diffusée en radio suppose au préalable l’écriture d’un texte (brève, article…). Ceci nécessite (pour les émissions d’information) de respecter des règles journalistiques qui permettent de donner rapidement une information claire, précise, pertinente, avec efficacité.

Exemples d’activités à réaliser avec ses élèves

La radio permet de mettre en œuvre un nombre varié d’activités : des plus simples aux plus complexes, sur une ou sur plusieurs séances pédagogiques.

Matériel nécessaire : micro, enceintes, table de mixage (une ou deux séances, activités en classe)

  • Suivi de l’actualité

– Consigne : Les élèves choisissent de petits articles d’actualité (brèves ou éléments de dépêches..) et lisent l’article dans le micro en direct  (rappel à l’oral = environ 200 mots/min).
– Conseils : Capter l’attention de l’auditeur/ton, rythme…
– Remarque : on peut imaginer introduire la notion de rubriques et de hiérarchie de l’info : l’ordre de passage des élèves sera alors déterminé en fonction des sujets choisis.

  • Bulletin météo

A partir d’un bulletin météo existant ou d’un bulletin construit /inventé faire lire l’élève en insistant sur le ton.
– Consigne : Capter l’attention de l’auditeur

  • Éphéméride

En partant des dates d’anniversaire des élèves ou de la date du jour, faire un éphéméride à partir de recherches sur internet pour trouver trois événements qui se sont déroulés lors de cette journée dans le passé.

Matériel nécessaire : micro, enceintes, table de mixage (une ou deux séances, activités en classe).

Choix d’un sujet, d’un angle rédaction d’un message essentiel. Être capable d’informer à partir d’une interview.

  • Petite interview croisée

Par binôme réaliser une petite interview (3/4 questions) de son binôme avec un angle (pas un portrait) à partir de cette interview, faire rédiger un petit texte de synthèse qui sera lu au micro. (un papier avec un temps limité 1,30 min maxi)
Consigne : être informatif (5/6W ), gérer le temps.

  • Petite interview d’un personnel de l’établissement

Choix d’un sujet et d’un angle, choix de la personne à interviewer (réduire les inhibitions liées à l’interview d’un adulte )
Rédaction des questions au préalable, rédaction d’un petit texte de synthèse
Lecture au micro

Matériel nécessaire : enregistreurs, micro, enceintes, table de mixage (plusieurs séances, activités classe et extérieures )

Rendre compte d’un fait ou d’un sujet : Choisir un sujet, un angle rédiger un article, interviewer, notion de message essentiel et d’angle, écriture journalistique,  prise en main du logiciel de montage du son

  • Reportage extérieur ou au sein de l’établissement

Choix d’un sujet et d’un angle, choix de la personne à interviewer
Rédaction des questions au préalable
Réalisation d’un petit reportage avec interview d’une personne extérieure au groupe classe : enregistrement des questions et des réponses et prise d’éléments sonores (bruit typique du lieu, climat sonore…)
Rédaction de l’attaque et du pied du sujet
Sur PC : dérushage, montage (insertion de virgule sonore, coupe des défauts…)
Diffusion aux autres
– Consigne : être informatif, capter l’attention de l’auditeur/ton, rythme/ détails.

  • Réalisation d’un petit journal à partir de différents reportages

L’animateur du journal définit avec les équipes la hiérarchie de l’info et anime le journal (nécessite d’écrire les transitions entre chaque reportages)
Réalisation d’un conducteur minuté

Faire émerger une pensée complexe sur un sujet en tenant compte d’opinions contradictoires (plusieurs séances, activités en classe )

Enregistreurs, Micro, enceintes, table de mixage

Choisir un sujet de débat clivant (pour ou contre….), établir des groupes en fonction des points de vue (possibilité de se documenter sur le sujet en amont en faisant des recherches)

Choisir un animateur/présentateur qui avant l’émission s’assure des différents arguments de chaque groupe.

Le présentateur lance le sujet (contexte..) et anime le débat en passant al parole à chacun.

– Consigne : respect de la parole de l’autre, être clair et compréhensible

Règles d’écriture pour l’oralisation
Toute info nécessite d’écrire un article qu’il soit lu à la radio ou publié dans un journal.

Cette écriture nécessite de respecter des règles journalistiques. Ces règles permettent de donner une information claire, précise, pertinente, avec efficacité quelque soit le média.

  • La radio : le média de l’éphémère

L’écriture radio doit avant tout adopter un style « parlé » qui utilise des mots et des constructions de phrases simples. Ne jamais oublier que la radio est le média le plus éphémère, que l’on écoute le plus souvent dans les pires conditions : sous la douche, dans la cuisine en déjeunant, en voiture c’est-à-dire le plus souvent en faisant autre chose = problème  de bruit, d’attention…

  • L’écriture radio : simplicité et clarté

On doit garder à l’esprit que l’on s’adresse au plus grand nombre et non à des spécialistes ou à une corporation particulière. Le vocabulaire et les idées développées doivent être compris par le grand public.

Consignes :

  • Phrases courtes (une phrase = une idée) et phrases simples : sujet /verbe /complément
  • Eviter les mots de liaison qui alourdissent l’expression : car, en effet… peu d’adverbes
  • Des mots concrets : éviter ce qui est abstrait –  créer des images
  • Eviter les termes techniques, le jargon professionnel, les sigles les abréviations… On évite aussi les chiffres ou alors on les simplifie : on dira plutôt « la moitié que 51,34 % »
  • Utiliser le présent de l’indicatif = présent de narration ou le passé composé (jamais ou exceptionnellement l’imparfait et le passé simple)
  • Ne pas vouloir en dire trop, au risque de compliquer la compréhension

Pour info : à l’oral 200 mots /min

Une brève radio commence toujours par au moins 4 de 6 W : qui, quoi quand, où… (actu/info chaude) : qu’y a-t-il de nouveau, d’original ? Des faits précis : qui, quoi, où quand puis on élargit avec pourquoi, comment.

Exemple : « Le procès de M. X s’est ouvert … ce matin à Paris ».

Un article se prépare à l’avance et pour cela, il faut trouver un angle. L’angle correspond encore à un choix supplémentaire que fait le journaliste dans l’information. 

Il existe différents types d’angles qui impliquent de traiter un et un seul aspect d’un sujet.  1 papier = 1 angle

Un angle, c’est différent du sujet ou du thème.

  • Exemple : la journée de la femme c’est un thème, la femme politique c’est un sujet, les difficultés des femmes en politique c’est un angle qu’il possible encore de fermer en travaillant sur les difficultés liées au machisme des hommes… (types d’angles : le déroulé des faits, les causes, les conséquences, le point de vue d’un des acteurs, les solutions, le bilan…). Les articles liés à des interviews supposent qu’avant l’interview on ait choisi son angle.
  • Le lancement : il donne l’information brute, il suscite l’intérêt de l’auditeur.
  • Le papier : il explique donc il faut soigner particulièrement l’attaque du sujet et la chute. Le papier doit raconter une histoire avec début, un développement, une chute (prise en main de l’auditeur), on peut impliquer éventuellement celui-ci par des questions, des exclamations… mais attention au ton artificiel et faux. Il faut faire preuve de dynamisme, croire à ce qu’on dit sinon l’auditeur ne vous croira pas !
  • Le « son » : Ne pas hésiter (parfois) à démarrer un sujet par un « son » sans lancement. Il faudra alors que celui-ci soit court et clairement identifiable (extrait fort d’un discours, fusillades, explosion, slogans de manif…).

Vos élèves deviennent des journalistes, ils ont en conférence de rédaction ;  C’est la rentrée scolaire, le rédacteur en chef de la radio locale décide de faire 3 reportages différents sur ce sujet, reportages qui seront diffusés au cours de la journée.

En équipe de 2 ou 3 :

  1. Faire réaliser un brainstorming (présenté sous forme de carte mentale) sur les différents sujets puis angles sous lesquels le sujet peut être traité.
  2. Faire lister différentes personnes à interviewer en fonction de leur statut et de la pertinence des infos qu’elles pourraient fournir.
  3. Chaque équipe choisit  une des personnes et rédige les questions à poser lors de l’interview.

Exemples : la rentrée scolaire, les cartables, les cartables trop lourds

Interviews possibles :

  • de parents/enfants excédés par les cartables trop lourds,
  • de directeurs d’école ayant mis en place des dispositifs pour éviter cela,
  • de fabricants de cartables,
  • d’éditeurs de livres numériques…

Début du sujet :

En France, encore en 2017, le poids moyen d’un cartable d’un élève de 6ème est de … kg.

brève : Information qui n’est pas développée sous la forme d’un sujet complet.

le lancement : si le présentateur fait appel à une autre personne pour développer le sujet, il rédige alors un lancement qui sert d’introduction, c’est lui qui va présenter le sujet, suivront alors un papier écrit par un autre journaliste ou un élément sonore (interview, ambiance, musique)

le pied : le traitement du sujet peut être complété d’un pied : à l’issue du papier le présentateur ajoute une courte brève qui donne quelques informations supplémentaires et conclut ainsi le sujet

titres : pour annoncer le contenu d’un journal ou d’une émission on débute par des titres, qui alertent l’auditeur et l’incitent à écouter la suite (on met  en valeur 3 ou 4 info importantes, passionnantes, originales…)

conducteur/conduite : choix et ordre, mode de traitement des sujets

Document écrit qui indique la progression de l’émission : dans quel ordre, sur quelle durée et selon quel traitement seront abordés les sujets d’une émission télévisée (conducteur) ou radiophonique (conduite).

jingles : Courte mélodie qui ponctue les émissions dans l’audiovisuel. Il fait partie de l’habillage d’une radio ou d’une chaîne de télévision.

– l’habillage : éléments de mise en scène qui entourent un article, une émission radiophonique ou télévisée

papier : reportage écrit par un journaliste qui ne contient pas d’extrait d’interview

le flash : avec plusieurs brèves on peut monter un flash d’informations en quelque sorte un petit journal où le présentateur enchaîne plusieurs info en quelques minutes (entre 1mn30 et 3 mns environ) il faut donc hiérarchiser ses infos comme dans tout média, alterner des brèves courtes et longues pour éviter la monotonie et regrouper les informations par thèmes pour éviter la confusion

hiérarchie de l’info à la radio : quelques règles la radio étant le média de l’immédiat on privilégie en tête du flash l’information la plus récente ou la plus importante mais de façon générale c’est un exercice difficile subjectif où peuvent apparaitre les centres d’intérêt du journaliste et surtout la ligne éditoriale de la radio….

reporter/reportage : Constitue le genre journalistique par excellence. Il s’agit de rapporter des informations collectées au plus près de l’événement, dans le temps comme dans l’espace. Le reporter (de l’anglais report, relater, francisé aujourd’hui en reporteur) doit s’imprégner au maximum d’un sujet: il est dans l’événement, faisant jouer tous ses sens perceptifs. Son mode d’écriture sera donc très descriptif, utilisant un vocabulaire coloré, qui donne à voir au lecteur. Celui-ci doit avoir l’impression « d’y être ».
Il peut être reporter photographe, grand reporter, radio reporter…

– son : tout ce qui est enregistré par les reporters, journalistes, monteurs et diffusé (interview, musique, son donnant l’ambiance du lieu, son caractéristique d’un événement, virgule, jingles…)

– la virgule est un élément sonore très bref (de 3 à 5 secondes) rappelant l’identité sonore d’une station de radio et souvent placé entre deux publicités, ou rubriques d’une émission ou entre deux interventions d’animateurs.

Une mine d’info sur http://www.24hdansuneredaction.com/radio/

A – Les formats qui se définissent par leur forme

Le papier :
C’est l’exercice de base. Il ne doit pas excéder 1’30. Le papier relate un événement, décrit une situation. Sa construction obéit à des règles précises (cf. brochure écriture radio). C’est un texte lu par le journaliste au studio ou en reportage. Il ne contient aucune illustration ni témoignage. S’il est court, on l’appellera brève. Le papier en détails.

L’enrobé :
Mélange à la fois le commentaire du journaliste et des extraits sonores qu’ils soient des illustrations ou des paroles recueillies en reportage. L’enrobé en détails. C’est un papier illustré par un extrait d’interview, ou par un son d’ambiance.

Le son est un extrait d’interview. Généralement cohérent, le son reprend les échanges les plus importants, ce qui résume le mieux la pensée de la personne interrogée. L’interview en détails.

Le lancement :
C’est le texte qui vous permet de présenter le sujet qui sera développé sous forme de papier ou d’interview. (Attention à ce qu’il ne soit pas redondant).

Le pied :
Il complète toujours un papier ou une interview. Il s’agit en général d’informations complémentaires, liées au sujet qui vient d’être développé.

Les titres de l’actualité :
C’est la « vitrine » du journal radio. C’est le résumé des principales nouvelles qui seront développées dans le journal. Les titres doivent être percutants, sans être racoleurs.

Les brèves :
C’est une succession d’informations, des résumés de 15″ à 20″. Cet exercice mérite une grande attention : faire court n’est pas forcément simple. 
D’autres formes : la brève, le micro-trottoir.

http://www.education-aux-medias.ac-versailles.fr/ecrire-pour-un-journal-radio

B – Les formats qui se définissent par leur contenu

Le compte rendu
C’est une « photo radiophonique ». Ce sont les faits bruts tels qu’ils sont vécus par un reporter. Des faits, rien que des faits !

L’encadré
C’est un coup de projecteur sur un aspect particulier de l’événement. (Ex: encadré sur les principales catastrophes aériennes).

Le portrait
C’est la photographie d’un personnage. Il peut être rédigé à grands traits ou par petites touches. Attention à ne pas tomber dans le piège du panégyrique et de l’hagiographie.

La chronique
C’est un commentaire personnalisé et stylisé. Il porte sur un champ particulier de l’actualité. (chronique économique ou scientifique). La chronique doit être régulière, quotidienne ou hebdomadaire.

La revue de presse
La revue de presse doit être le reflet des préoccupations des confrères de la presse écrite. C’est un genre particulier et difficile. La revue de presse exige rapidité dans la lecture, l’écriture et un suivi attentif de l’actualité dans toutes ses formes. C’est l’un des rares formats de la radio qui peut dépasser les 5 minutes.

L’éditorial
Contrairement à la chronique qui n’engage que son auteur, l’éditorial est un commentaire qui reflète la position de votre radio sur un sujet d’actualité.

Source RFI :
http://www.rfi.fr/talentplusfr/articles/064/article_148.asp

La loi de proximité détermine en partie les choix  d’information faits par les journaux. Elle repose sur le postulat que le lecteur se sentira d’autant plus concerné par l’information qu’elle est proche dans le temps (l’actualité du moment), dans l’espace (on sera plus sensible à des événements situés près de chez soi), de ses idées, de sa situation socioprofessionnelle, de son quotidien, ou qu’elle touche sa vie affective ou émotive. Rares sont les médias qui échappent à cette loi (surtout les médias locaux).

Quelle proximité ? Cette loi est éminemment culturelle et dépend du profil sociologique des lecteurs, des normes et valeurs du  pays…

1 – Bien préparer son interview en faisant au préalable des recherches sur le sujet, les personnes interviewées et en vérifiant son matériel (piles…).

2 – Trouver un angle (c’est vrai pour toute info)

Une interview se prépare à l’avance : il faut trouver un angle. Il existe différents types d’angles qui impliquent de traiter un et un seul aspect d’un sujet. (Deux angles = deux papiers !)
Un angle, c’est différent du sujet. Par exemple, la journée de la femme, c’est un thème, les femmes engagées en politique c’est un sujet, qui peut être abordé avec de multiples angles : les difficultés des femmes en politique, leurs motivations, tranche de vie d’une femme politique…
Types d’angles : le déroulé des faits, les causes, les conséquences, le point de vue d’un des acteurs, les solutions, le bilan…

3 – Ne pas s’éloigner de son angle : parfois, la personne interviewée s’éloigne des questions posées par le journaliste pour faire passer son propre message. Il faut savoir l’interrompre pour l’inciter à répondre aux questions posées.

4 Savoir rebondir.

–  savoir bien écouter les propos de la personne et savoir poser des questions sur ce qu’elle vient de dire, si cela peut apporter une information complémentaire.

savoir faire face aux personnes qui ne savent pas s’arrêter de parler = savoir les interrompre

savoir poser des questions assez ouvertes pour éviter les réponses trop courtes «oui», «non», «peut-être», «surement»…

5- L’interviewé est une source  d’information sur un sujet (mais le sujet, ce n’est pas lui). Cependant, citez-le car l’info devient plus crédible. Ne le présentez pas avant de donner l’information importante, qui peut-être donnée par une citation de la personne interviewée. Ne pas « starifier » sauf si c’est un portrait

 6-  Donner à son papier une « couleur »

Il faut parfois décrire ce que vous voyez pour donner une « ambiance » ce qui rend l’information plus humaine, plus vivante. La difficulté est de faire perpétuellement un aller-retour entre la description et l’information (exemple pour une visite d’entreprise : odeurs, bruits….)

7- Ne pas SE mettre en scène : vous écrivez un article sur des faits, sur des sujets de société, sur des personnes et non pas sur ce que vous avez vécu, évitez donc «  je lui ai demandé », « nous avons vu ». Lla plupart du temps, il n’est pas nécessaire d’écrire la question posée.

Il y a différentes types d’interviews : le portrait, le témoignage, l’interview d’un spécialiste….

Conseils d’Arnaud, journaliste AFP et du CLEMI

Objectif : Faire une revue de presse, c’est faire une synthèse des titres de la presse (d’un jour, d’une semaine..).
Elle montre les choix d’information faits par les journaux, comment ceux-ci  traitent  l’info et la présentent à leurs lecteurs. C’est donc aussi montrer la diversité des lignes éditoriales et des angles.

La revue de presse peut porter sur l’information générale, les gros titres ou être thématique.

Modalités : A partir d’un lot de journaux du même jour (de la semaine), il faut :

  • Sélectionner l’info.
    • Où ? A la Une mais pas seulement.
    • Pour qui ? Loi de proximité (cibler à qui est destinée cette revue presse par rapport aux centres d’intérêt)
    • Quoi : gros titres/info générale ou sujet particulier
  • Hiérarchiser les infos que vous avez sélectionnées.
    • Tenir compte de la hiérarchisation des journaux
    • Proposer la vôtre (une info reléguée en page 10 peut se révéler intéressante pour vos auditeurs)
  • Rédiger.
    • Toujours donner le titre du journal
    • Si possible le nom du journaliste ou du spécialiste qui est interviewé.
    • Exemples : …, annonce le Parisien /….,note Le Figaro/., écrit Gérard Dupuis dans Libé…
  • Faire vivre.
    • Rapprocher les points de vue et pointer les oppositions.
    • Trouver un ton : souvent le journaliste est proche de ses auditeurs, il s’adresse à eux, les implique.
    • Exemples :« Je vous rappelle que cette condamnation…. « Dans vos quotidiens ……..« Emmanuelle Mignon, ça vous dit quelque chose ? Si vous voulez voir sa tête …« France Soir nous rappelle que…
  • Présentation.
    • Cette revue de presse peut-être écrite, audio ou vidéo.
    • Pour les plus jeunes, elle peut faire l’objet d’une exposition en découpant les titres des journaux.

DES REVUES DE PRESSE RADIO

  • https://www.franceinter.fr/emissions/la-revue-de-presse
  • http://www.europe1.fr/emissions/la-revue-de-presse
  • http://www.franceculture.fr/emissions/revue-de-presse-internationale

Remplacer le verbe « faire » par le terme propre.

  1. Elle fait la vaisselle.
  2. Il a fait sa géométrie.
  3. Il fait 32° à l’ombre.
  4. Herzog a fait l’Anapurna.
  5. Le vaisseau fait douze nœuds.
  6. L’action Véolia fait aujourd’hui 100 euros.
  7. J’ai abandonné la sylviculture je fais maintenant des fleurs.
  8. Le facteur fait 30 kms par jour.
  9. Au saut en hauteur j’ai fait 1m60.
  10. Pierre le Grand faisait 2m04.
  11. Il a fait médecine.
  12. Elle fait une rubéole.
  13. Cette voiture fait 8L d’essence au cent km.
  14. Il a fait une lettre.
  15. Il a fait une tranchée.
  16. Il a fait son devoir d’histoire.
  17. Il a fait une faute.
  18. I a fait sa tâche.
  19. Elle a fait toute la rue sans trouver de pharmacie.
  20. Il se fait la barbe.
  21. Elle se fait les ongles.
  22. Je me fais du souci.
  23. Vous avez fait de l’argent.

Remplacer  les verbes « voir et regarder » par des verbes plus précis.

  1. Le marin regarde l’horizon.
  2. Le chat regarde la souris.
  3. On voit au loin.
  4. On regarde quelqu’un avec curiosité.
  5. On voit avec admiration.
  6. On voit des formes vagues dans l’obscurité.
  7. On voit de un visage familier au milieu de la foule.
  8. La commère regarde ses voisins à travers la vitre.
  9. Le savant regarde les plantes à la loupe.

Remplacer les gens par le terme approprié.

  1. Les gens défilent dans la rue.
  2. Les gens achètent des voitures.
  3. Les gens travaillent 7h par semaine.
  4. Il regarde passer les gens dans la rue.
  5. Les gens observent l’accident.
  6. Les gens consomment en moyenne 35 baguettes par mois.
  7. Les gens font grève pour avoir de meilleures conditions de travail.

Remplacer « il y a » par des verbes.

  1. Dans ses yeux il y a de la colère.
  2. Il y a une bonne chaleur dans la pièce.
  3. Dans l’usine il y a du bruit.
  4. Il y a des rideaux aux fenêtres.
  5. Dans l’eau il y a un poisson.
  6. Il ya un beau film jeudi prochain à la télévision.
  7. Sur la colline il ya une vieille bâtisse.
  8. Dans la rue il y a des gens.
  9. Il y a deux fenêtres dans cette pièce.
  10. Il y a un drapeau sur la mairie.

Remplacer  les verbes « voir et regarder » par des verbes plus précis.

  1. Le marin regarde l’horizon.
  2. Le chat regarde la souris.
  3. On voit au loin.
  4. On regarde quelqu’un avec curiosité.
  5. On voit avec admiration.
  6. On voit des formes vagues dans l’obscurité.
  7. On voit de un visage familier au milieu de la foule.
  8. La commère regarde ses voisins à travers la vitre.
  9. Le savant regarde les plantes à la loupe.

Remplacer  le mot « bruit » par un terme plus précis.

  1. Le bruit du ruisseau.
  2. Le bruit d’un pas sur la route.
  3. Le bruit d’une porte qui se ferme.
  4. Le bruit du tonnerre.
  5. Le bruit d’un moteur.
  6. Le bruit d’une cour de récréation.
  7. Le bruit du vent.
  8. Le bruit de la tempête.
  9. Le bruit de la pluie.
  10. Le bruit d’une discussion politique.

Le guide du CLEMI : Créez votre média lycéen ! Journal, blog, webRadio, webTV

http://www.clemi.fr/fileadmin/user_upload/Guide_Lyceen_1_02_17.pdf

24h dans une rédaction (site réalisé par des professionnels)

16. Le conducteur du journal

Guide pratique de l’atelier radio d nos amis Belges (téléchargeable)

http://www.reseau-idee.be/outils-pedagogiques/fiche.php?media_id=4861

http://www.radiofrance.fr/sites/default/files/pages_uploaded_files/presentation_atelier_radio_mai_2014.pdf

https://www.reseau-canope.fr/notice/faire-de-la-radio-a-lecole.html

http://www.clemi.org/fichier/plug_download/75722/download_fichier_fr_outil_6_ecrire.pdf

http://www.clemi.org/fr/productions-des-eleves/web-radios/pedagogie/

Et un guide très utile pour toutes les questions que vous vous posez : Guide_CLEMI_ créer votre média lycéen 2017

http://www.ac-toulouse.fr/cid74776/des-fiches-et-des-conseils-pour-votre-projet-radio.html

livre : « Faire de la radio à l’école », 8.90 euros, CLEMI/CANOPE.